Articles

La jalousie

Je trouve que je n'arrive pas à m'en sortir. Ça fait tellement longtemps, c'est tellement intrinsèque, tellement enkysté en moi. Je suis jalouse, une grosse jalouse. Je n'en parle pas, ne fait (presque) pas de scènes (quoique...) mais elle assombrit souvent mon humeur, me fait basculer dans des gouffres de tristesse et d'angoisse, dans lesquels clairement je redeviens cette petite fille qui voudrait de l'attention, de l'interaction, de l'affection et qui a le sentiment, peu importe la réalité, de n'avoir rien de tout ça.
Je suis jalouse de mes amis, de mes collègues, des gens de ma famille, de mon copain. Spécial combo avec mon copain d'ailleurs, puisque je suis jalouse à la fois de lui, de son aisance, de sa joie de vivre, de ses amis, et a la fois jalouse des filles qui lui tournent autour et alors tout azimut : les ex dont il n'a plus de nouvelles mais dont j'ai quand même regardé le profil Facebook  (et merde, elles sont jolies !), …

Garder sa motivation pour s'ouvrir aux autres ?

Image
Je ne sais pas comment bien expliquer ce sentiment, cette sensation, mais j'ai quand même envie d'écrire dessus. Je suis une archi-angoissée de la vie sociale, surtout parce que je sais que mon équilibre dans ce domaine est très fragile et que cela me demande beaucoup d'efforts et d'énergie mentale pour arriver à quelque chose. Mes parents sont des solitaires et c'est clair que ça ne m'a pas aidé mais j'ai aussi ma responsabilité, surtout aujourd'hui.
Bref, en 2015 et 2016, j'étais à Sarrat puis dans mon nouveau poste et c'était plutôt un tourbillon de nouvelles rencontres, de relations plus ou moins suivies mais toujours agréables. Mais depuis quelques temps, je trouve que j'en reviens à mes vieux démons, que je me renferme, que je trouve mille défauts à des gens biens ou au contraire que je dis amen à des situations délétères. C'est difficile à expliquer mais je "ressens" physiquement que je ne suis pas dans une période posi…

De la musique, des révisions et quelques angoisses

Ça m'énerve, ça m'angoisse, j'en ai marre...En septembre, pour la 3e fois depuis que je suis entrée dans mon administration, je vais passer un de ses concours  (je monte d'une (petite) marche à chaque concours, ouf !).
Mais je ne suis jamais sereine, je n'ai évidemment aucune confiance en moi, en mon travail,  en mon parcours, en mes potentielles capacités. C'est donc l'angoisse à chaque période de révisions avant concours, et peu importe mes résultats aux concours précédents, ou dans les postes que j'ai eu dans cette administration, je ne me sens jamais à la hauteur (bureau des pleurs, bonjour).
Cette année, de toutes façons, je ne pense pas passer ce nouveau concours "pour de vrai". En fait, j'aurais assez d'ancienneté  (4 ans) en septembre pour m'inscrire à la préparation interne de mon ministère à ce concours. J'irai donc aux épreuves en septembre en sachant déjà que la vraie préparation m'attend pour le concours 2018.…

Ma copine qui parle trop : suite et fin ?

Parmi les gens trop bavards pour moi dont je parlais dans mon premier article, il y a cette copine rencontré à ma formation à la nursery de Sarrat fin 2015.
J'ai pas tout de suite remarqué qu'elle parlait beaucoup, en tout cas ça devait être supportable pour moi au depart (et puis il faut dire qu'il y avait un sacré nombre de gens qui s'ecoutaient parler dans cette formation donc ça se voyait pas trop).
On s'entendait pas mal du tout, j'aimais bien sa vitalité et sa joie de l'époque, et on partageait un amour du Royaume-Uni. Elle courrait pas mal le gueux pendant la formation donc elle etait presque périphérique à notre groupe, on la voyait pas autant que les autres. Et puis ce n'était pas moi dont elle était la plus proche à Sarrat mais d 'une autre fille. 
Mais je me souviens de la fois où jai commencé a me dire que je ne pouvais pas en placer une quand j'étais avec elle, qu'elle avait toujourd un milliard de choses à dire avec comme suje…

Les gens qui monologuent et les gens qui parlent peu

Ce n'est pas un sujet d'une extrême profondeur psychologique, mais cest un sujet qui me perturbe particulièrement ces derniers mois. J'ai rencontré ce genre de situations tout au long de ma vie et pourtant, c'est ces derniers temps que ca m'apparaît de manière plus aigue voire plus problématique, et en tout cas beaucoup moins marrant.

Je ne sais pas si on peut dire que je suis timide ou que j'ai problème de communication  (sûrement) mais je parle assez peu en général, voire trop peu dans certaines situations, où je vois d'ailleurs que ca met les gens mal à l'aise. Il m'arrive souvent de me "forcer" à parler alors que je n'ai absolument rien qui me passe par la tête comme sujet possible de conversation, que c'est le trou noir complet (surtout quand je suis moi même mal à l'aise ou stressée).

Malgré tout ce "passif" qui m'a toujours gêné, j'ai l'impression que c'est ces dernières années ou mois que je r…

Premier article

Depuis presque un an, j'ai fermé mon précédent blog, puisque quelqu'un avait grillé ma couverture^^. Je pensais aussi que je n'en avais plus besoin, que ça n'était pas grave de le fermer, qu'il était même temps de le fermer. Mais finalement, ca me manque vraiment alors j'ouvre celui-ci.